Pourquoi les filles sont moins nombreuses dans le numérique ?

Dans les écoles et les entreprises, les femmes semblent avoir déserté le secteur du numérique.

Selon le rapport de la Startup Genome, les femmes ne représentent que 28% des salariés du numérique. Pourquoi sont-elles absentes ?

Il est communément accepté que les métiers du numérique attirent moins les femmes. Pour le justifier, on parle de leur « absence d’ambition » ou de leur tendance à « s’autocensurer ». Dans son livre « Les oubliées du numérique”, la chercheuse Isabelle Collet rappelle que la fracture n’était pas si visible. Et que ce ne sont pas les femmes qui s’autocensurent, mais la société qui les convainc que l’informatique ne leur serait pas destiné

C’est une problématique compliquée qui repose d’abord sur une question d’image. Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi expliquait sur le site du Premier ministre que « les jeunes filles pensent que les métiers tech’ sont des métiers de geek, ce qui est faux ».  Une idée reçue décryptée ainsi par la journaliste américaine Emily Chang : « Les femmes  programmaient des ordinateurs dans l’armée et la Nasa. Mais quand l’industrie a explosé, des tests de personnalité ont été imaginés pour identifier les personnes compétentes pour ce job. Il a été décidé, bien qu’il n’y ait aucune preuve pour soutenir cette idée, que les bons programmeurs ‘n’aiment’ pas les gens. Donc si vous engagez des personnes qui n’aiment pas les gens, vous engagez plus d’hommes que de femmes. Ces tests ont perpétué le stéréotype du l’homme blanc, antisocial et geek ».

Pour lutter contre cette dispartié, Face Alsace s’engage en faveur de l’égalité homme femme en proposant des ateliers d’initiation aux métiers numériques destinés aux jeunes filles de 13 à 17 ans. 

Enfin, la place des femmes dans le secteur du numérique est très variable selon les pays et leur culture. En Inde ou en Malaisie par exemple, l’informatique est un métier « pour les femmes ». Tout est ainsi une question de point de vue, et non une question de compétences innées.

Sources : 01net, IMTECH, Monster